« Corps à corps. Ils luttent. Ils s’enferment.
Ils s’exposent. Ils s’opposent.
Je crois qu’ils se font la guerre.
Je crois qu’ils se font leur propre guerre.
Ils se défendent. Ils se défont.
Corps à corps. Ils se libèrent. »


Présentation

Trouver une place, aussi fragile soit-elle. Se battre. Pour y arriver. Se battre pour la garder. Au-delà des rouages. Au-delà des conventions. Au-delà de l’intérêt commun. Au-delà des libertés individuelles.
Jouer des règles pour se maintenir. Quitte à transgresser. Quitte à porter préjudice. Quitte à ce que ceux qui le subissent se soulèvent. Eux, ils croient en un meilleur. Eux s’engagent. Envers et contre tous. Contre tout.
À bout de bras. Ils se battent. À bout de force, ils construisent. Autre chose. Autrement. Ils fondent le nouveau. Pour eux. Pour exister. Pris dans l’engrenage, ils se confondent. Se fondent dans la masse. À nouveau. Pour combien de temps ?


Note artistique

« Avec Dans l’Engrenage, j’ai voulu mettre en scène la course sociale effrénée du « toujours plus », la dérive de la norme commune. Cette pièce remet en cause l’ascension sociale dénuée de sens, souvent dépourvue de valeurs humaines. Pris dans l’engrenage, quel est le prix à payer ? L’homme ne serait-il pas la victime de son propre système ?
Une fois l’objectif ultime atteint, une fois sous le feu des projecteurs quelle sera la rançon de la gloire ?
La lumière a une place particulière dans le spectacle, objectif ultime elle devient parfois même la scénographie.
Avec les danseurs et le créateur musical, nous nous sommes inspirés des danses et des rythmes traditionnels du monde arabe. Les postures, l’énergie, l’engagement, tant physique qu’émotionnel, amènent le danseur dans un état proche de celui de l’homme, de l’artiste, du politicien près à tout pour réussir, un état proche de la transe.
Afin de sortir du jeu et de livrer une danse sincère et engagée, j’ai souhaité collaborer avec la comédienne Corinne Puget. Elle a travaillé avec les danseurs sur la sincérité des personnages et sur une interprétation qui part de l’intime pour rejaillir sur les partenaires et les spectateurs. Nous avons exploré le plaisir de « vivre », les rapports de force, la démence, la fragilité, l’inquiétude… le plaisir « d’être ». »
Mehdi Meghari, chorégraphe


Presse

LE MONDE, Rosita Boisseau
« Il (Mehdi Meghari) met le feu à un scénario sur le pouvoir et l’autorité qui réserve d’étonnantes trouvailles visuelles. Ultra-virtuoses en breakdanse au sol, ouverts sur les autres techniques, les sept interprètes majorent la segmentation hip-hop pour camper des personnages qui coupent, tranchent et assènent leur domination d’une simple désarticulation d’épaule. »

LE BRUIT DU OFF
, Emmanuel Serafini
« Les figures de hip-hop qui s’y passent sont parfaitement exécutées, le mouvement est très souple, la gestuelle féline… Les actions sont tout à fait rythmées, pas un instant de trop, pas un instant ne manque, c’est une mécanique redoutable qui rase tout sur son passage laissant loin derrière toute la danse qu’on a pu voir, ici ou là… »

< Agenda < Agenda

< Retour Créations

DISTRIBUTION

Direction Artistique
Souhail Marchiche et Mehdi Meghari

Chorégraphie
Mehdi Meghari

Interprétation
Elias Ardoin, Evan Greenaway, Samir El Fatoumi, Yohann Daher, Katia Lharaig, Émilie Tarpin-Lyonnet, Marine Wroniszewski

Création Musicale
Patrick De Oliveira

Création Lumière
Richard Gratas

Costumes
Hélène Behar

PRODUCTION

Compagnie Dyptik, Maison de la Danse de Lyon,CCN de Créteil / Cie Käfig, CCN de la Rochelle / Cie Accrorap, Opéra de St-Étienne, IADU la Villette (Fondation de France – Parc de La Villette), Groupe des 20 (Auvergne – Rhône-Alpes) : Centre Culturel de La Ricamarie, Théâtre du Parc (Andrézieux-Bouthéon),  L’Heure Bleue (St Martin d’Hères)

AIDE À LA CRÉATION

DRAC Auvergne Rhône-Alpes, Département de la Loire,  Ville de St Etienne, ADAMI,  SPEDIDAM

AVEC LE SOUTIEN

Le Groupe Caisse des Dépôts, CDN Comédie de St Etienne (La Passerelle), Espace des Arts (St Denis, la Réunion), Accès Soirs (Riom), Quelque p’Arts… Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public (Boulieu-lès-Annonay), Espace Montgolfier (Davézieux), l’Échappé (Sorbiers)